Fête des lumières : Séance photo de nu artistique du 8 décembre 2020.

A Lyon traditionnellement chaque 8 décembre, se déroule la Fête des lumières. Les lyonnais mettent des petits lumignons à leurs fenêtres et ce depuis 1852. Depuis 1999, ce festival se déroule sur 4 jours, et les artistes performer de la lumière illuminent les bâtiments historiques de la ville : installation, son et lumière, projection...Ils ont carte blanche avec maitre mot la créativité...chaque année le public venu du monde entier en demande encore plus pour l'édition suivante.


En ce 8 décembre, un peu échauffé par ces "lightning performer" j'ai décidé de suivre l'inspiration du jour et du moment et de terminer cette séance photo en illuminant mon modele vivant à l'instar des bâtiments.


Dans un élan créatif, j'ai sorti ma poursuite et mes nez optiques, j'ai fait chauffer mes gobos et gélatines Rosco. Comme un alchimiste de la lumière, j'ai mélangé les sources d'éclairage à en faire perdre la tête à la balance des blancs.


Tel un DJ de la lumière à mixer du gobo gélatiné, plein d'idées lumineuses, j'étais en pleine créativité. Soudain retentit la voix de mon assistant qui manoeuvrait la poursuite : "Mais quelle est donc la différence entre la lumière du jour et la lumière tungstène?" me demanda-t-il d'un air un peu hébété.


Soudain, sous l'effet de la chaleur du projecteur, la gélatine orange chut, et laissa apparaitre la lumière du jour calibré à 5600 kelvin. Je lui répondis tel un slogan "La voila la lumière du jour obtenue grâce au projecteur de chez K5600...Pour la lumère tungsténe nous en parlerons lors d'un prochain post"


L'intégralité des photos de la séance dans la gallérie privée 7