Le traitement des fichiers scannés traités sous Capture One

Après avoir acquis numériquement les informations d'un négatif couleur, via un scanner ou un duplicateur numérique de négatif, il faut les développer numériquement.

Pour ce faire, j'utilise Capture one pro qui est un dérawtiseur, il permet de traiter les fichiers RAW comme le format DNG obtenu via le logiciel VueScan qui permet cette option. Le fichier RAW contient plus d'informations qu'un format TIF. En traitant les fichiers RAW sous Capture One pro, tous les réglages (chromie, luminosité/contrast...etc) n'affectent pas le fichier directement...les réglages sont sauvegardés dans des fichiers propre au logiciel. Capture One pro est pratique pour faire son editing avec les différentes balises de couleurs pour choisir ses images. En outre on peut appliquer des corrections par lots pour garantir une cohérence lors du développement numérique entre les images sélectionnées. Et au final appliquer un traitement par lot pour avoir des images de tailles identiques donc une excellente régularité.


Ci dessus l'image selectionée est issue d'un négatif couleur, elle vient juste d'être passée en positif. Pour ce faire il faut inverser les valeurs des niveaux (se référer au 1). Il faut remplacer les valeurs du haut : le 0 par 255 et inversement le 255 par 0. L'image devient positive mais garde une forte dominante bleu dû au masque orangé du négatif.


Pour neutraliser ce masque orange, il suffit d'utiliser l'outil pipette (1) sur le bord du négatif (2) pour faire la balance des blancs. Bien sûr il y aura beaucoup de réglages à effectuer pour obtenir le résultat souhaité. Un négatif scanné avec un bon logiciel de scan permet un meilleur résultat du premier coup.


Pour finir il suffit de lancer le traitement par lots aprés avoir défini la taille des images finales. Ici 20 cm par 20 cm en 300 DPI au format JPG.



En conclusion, voici un "crop brut" de ces trois images indexées par une lettre rouge en haut à droite :

-D pour la duplication

-I pour le scanner Imacon/Hasselblad

-N pour le scanner Nikon


C'est indeniable, les scanners à films donnent un meilleur résultat à tous les niveaux : netteté, chromie, ainsi que la suppression automatique des poussières par infrarouge; cela permet un gain de temps phénoménal.


Le scanner Nikon est très proche du scanner Imacon/Hasselblad qui est une des référence. Ces deux scanners avaient détrôné les fameux scanners rotatifs qui étaient la référence à la fin des années 90. Ils n'étaient cependant pas adaptés pour numériser les négatifs couleurs, le calage de la chromie était quasiment similaire à celui d'une duplication numérique. Le négatif couleur était la hantise des photograveurs.

J'arrive à la conclusion suivante que la duplication numerique de film négatif est beaucoup trop contraignante en post production. Ce post vient en complément de celui ci :

Digital : Phase One P65+ VS Film : Portra 160